Travailleur occasionnel de la société nationales des fibres textiles (SOFITEX) depuis 2000, Banazaro Abdoulaye, las d’attendre une régularisation de sa situation, a tenté de mettre fin à ses jours par immolation le samedi 13 avril 2013 à Dédougou. Rencontré ce jour même, M. Banazaro revient sur les raisons qui l’ont conduit à vouloir poser un tel acte.


Sidwaya (S) : Dites-nous les raisons qui vous ont conduit a mené la tentative d’immolation ce matin?
Banazaro Abdoulaye (AB) : je travaille à la SOFITEX depuis 2000 en tant qu’occasionnel. Cela fait treize (13) ans aujourd’hui que je suis dans cette position de travailleur occasionnel. Notez que le travailleur occasionnel contrairement au saisonnier n’est pas déclaré à la caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). J’ai passé par l’usine, de l’usine je me suis retrouvé au niveau du transport comme manœuvre camion pour être aujourd’hui à la section semence comme aide semencier; poste que j’occupe depuis 2005. Jusqu’à présent ma situation n’est pas régularisée, et comme cela perdure, je ne pouvais pas supporter cette injustice qui ne dit pas son nom. Une injustice qui m’empêchait de dormir ces derniers temps. Après avoir sollicité des prières auprès l’Imam de Dédougou dans l’espoir d’obtenir un changement de situation, j’ai décidé seul, surtout que la campagne tire vers sa fin, et bien que je ne sois le plus âgé dans cette situation, de mettre fin à mes jours si l’on ne trouvait pas une solution une fois pour toute à cette question des travailleurs occasionnels.
S : Vous êtes combien à être dans cette situation ?
B.A : A Dédougou nous valons une centaine à travailler à la SOFITEX comme occasionnel. Nous sommes plus nombreux même que les permanents. Les anciennetés varient. Moi personnellement je totalise treize (13) ans de service, et il y a d’autres qui y travaillent depuis dix sept (17) ans ou plus comme occasionnel sans compter ceux qui ont raccroché sous le poids de l’âge sans pouvoir être déclarés à la caisse.
S : avant d’arriver à cette ultime décision, est-ce que vous tentez d’autres voies et moyens pour résoudre le problème ?
B.A : Au niveau de la SOFITEX il est un peu difficile parce que nos responsables immédiats sont face à une situation qu’ils ne peuvent pas résoudre sur place sans l’intervention de la direction générale. Si fait qu’à chaque fois qu’on les approche pour de telles questions ils se contentent de nous dire que ça va aller. Donc depuis ce temps, c’est la même chose qu’ils nous disent. Mais à quand le bout du tunnel ?
S : qu’est-ce qui a pu vous convaincre d’abandonner votre action d’immolation ?
B.A : Ils ont pris l’engagement en présence de la société civile de Dédougou que j’ai pris en témoin de résoudre le problème de la régularisation dans les plus brefs délais voilà pourquoi j’ai abandonné mon action.
S : En dehors de la régularisation, y a-t-il d’autres points de revendication ?
B.A : Ce sont les conditions de travail qui ne suivent pas. Jusqu’à présent la section semence n’a pas reçu ses fournitures de l’année 2012-2013. C’est autant de difficultés qui ont concouru à l’action de ce matin.
S : avez-vous espoir que la situation va changer à la suite de cet acte ?
B.A : l’acte de ce matin, n’était pas pour moi même. En fait, je voulais vraiment que la SOFITEX sente qu’il y a quelqu’un qui a décidé de changer la situation de ses collègues. Donc je voulais poser l’actes afin qu’ils l’aient sur la conscience pour avoir entretenu cette situation ambiguë de nombreux travailleurs.
S : Un dernier mot.
B.A : C’est d’attirer l’attention des premiers responsables de la SOFITEX de prendre cet acte au sérieux parce je ne serai pas le seul à entreprendre d’autres actions pour pouvoir résoudre le problème car dans les autres régions d’autres vont emboiter le pas. Donc il est de l’intérêt de nous tous qu’on puisse définitivement résoudre le problème car si d’ici les délais fixés ils ne respectent pas leurs engagements, la lutte continue quelque soit l’issue car je ne vais jamais baisser les bras.
Propos recueillis par Kamélé FAYAMA

Vues : 112

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation