Assises criminelles à Dédougou La peine de mort requise contre l’étrangleur

Assises criminelles à Dédougou La peine de mort requise contre l’étrangleur La Chambre Criminelle de la Cour d’Appel de Bobo-Dioulasso siégeant à Dédougou tient depuis le 1er février 2013 et ce jusqu’au 06 février 2013 à Dédougou sa 3ème session extraordinaire des assises criminelles de l’année judiciaire 2012-2013. Présidée par le 1er Président de la Cour d’appel de Bobo-Dioulasso, Issiaka Dao, elle pour sa première audience condamné Ouédraogo Sayouba à la peine de mort et à la prison à vie pour son complice Nimi Koukadi Yacouba pour l’assassinat de la vieille Gnéssien Paco dans le village de Nana dans le département de Kona. Les faits remontent en janvier 1996. Nimi Koukadi Yacouba, résident à Nana, perd un de ces enfants. Cette perte sera mal digérée car pour lui, cette mort n’est pas naturelle; elle est l’œuvre de la vieille Gnéssien Paco. Nimi Koukadi Yacouba mettra tout en œuvre pour parvenir à ses fins ; éliminer physiquement la vieille Gnéssien Paco ; Après avoir vainement tenté d’empoisonner la vieille, Nimi K. Yacouba s’attache les services de Ouédraogo Sayouba. La rancœur tenace, ils vont dans la nuit du 20 janvier 1996, s’infiltrer dans la case de la bonne dame. Tandis que Nimi K. Yacouba montait la garde à la porte, Ouédraogo Sayouba s’infiltre dans le domicile de la vieille pour l’étrangler dans son sommeil. Ainsi ils ont pu débarrasser la société d’une mangeuse d’âme. C’est au vu de ce crime froid et odieux, que le substitut du Procureur général, Arsène Sanou a demandé au tribunal de maintenir les prévenus dans les liens de la prévention et de condamner Ouédraogo Sayouba à la peine capitale et Nimi K. Yacouba à vingt ans d’emprisonnement ferme avec mandat d’arrêt. En plus de la condamnation à la peine capitale pour Ouédraogo Sayouba, les jurés auront la main plus lourde pour Nimi K. Yacouba, car il sera condamné à la perpétuité. Signalons que les prévenus étaient absents au procès, car toutes les recherches engagées par les forces de l’ordre pour les retrouver et répondre de leurs actes, se sont révélés infructueuses. C’est donc par contumace qu’ils ont été condamnés.

Vues : 172

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation