PRIX DU CARBURANT ET INDISPONIBILITE DU GAZ BUTANE AU BURKINA : SIT-IN LE 4 FÉVRIER ET GRÈVE LES 17 ET 18 FÉVRIER

La Coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC), tout en désapprouvant la réduction « insignifiante » du prix du carburant et l’indisponibilité du gaz butane, a décidé de protester le mercredi 04 février 2015 sur toute l’étendue du territoire national.

Les animateurs de la conférence de presse, ce jeudi 29 janvier 2015

(Les principaux animateurs de la conférence de presse de ce jeudi 29 janvier 2015)

La coalition contre la vie chère n’est pas contente de la baisse de 25 F CFA des prix du carburant à la pompe, opérée tout récemment par le gouvernement burkinabè.

Elle a, de ce fait, décidé de bander les muscles en passant à une étape supérieure de sa lutte.

Ses structures membres, notamment l’Unité d’action syndicale (UAS), aux dires du vice-président de la Coalition, Chrysogone Zougmoré, « ont à maintes reprises interpellé le gouvernement de transition sur la nécessité de procéder à une réduction significative du prix des hydrocarbures et de rendre disponible le gaz butane ».

Et qu’en réponse, le gouvernement a procédé à une réduction jugée « insignifiante et dérisoire » sur le litre du carburant et refuse d’admettre l’indisponibilité du gaz butane.

Une demande d’audience a été donc introduite au Premier ministère depuis la date du 22 janvier 2015, qui, ajoute Chrysogone Zougmoré, « est restée jusque-là sans suite ».

La CCVC regrette et dénonce un « refus du gouvernement de donner suite aux justes préoccupations des populations ». Elle a ainsi décidé, ce jeudi 29 janvier 2015, d’appeler ses structures membres à protester le mercredi 4 février prochain sur l’ensemble du territoire national.

Le vice-président de la CCVC a précisé que la protestation se fera de 7h à 10h sous la forme de sit-in au siège du ministère de l’industrie, du commerce et de l’artisanat à Ouagadougou et dans les différentes directions dudit ministère dans les provinces.

Par cette action, la Coalition contre la vie chère dit entre autres réaffirmer son refus de faire payer par la population, les passifs laissés par les dignitaires du régime de Blaise Compaoré, exige une baisse substantielle des prix des hydrocarbures (de 100 à 150 FCFA) et l’approvisionnement en quantité suffisante du gaz butane tout en exigeant également un audit sérieux sur la gestion de la SONABHY.

Des grèves s’annoncent également… Par ailleurs, en tenant compte de la réduction du prix du baril sur le plan international, le secrétaire général de la CGT-B, Bassolma Bazié, a justifié une possibilité de réduction des prix du carburant allant jusqu’à 200 FCFA.

Pour lui, « 200 FCFA, c’est le minimum de réduction que l’on puisse demander au gouvernement ». Propos renchéris plus tard par le vice-président de la CCVC : « Si nous proposons, c’est que ça peut se faire et ça doit se faire ».

Toutefois, s’il n’y a pas de réponses ni de résultats favorables à l’issue notamment du sit-in, la CCVC compte passer à une deuxième étape de sa lutte. Elle annonce une grève les 17 et 18 février 2015.

Noufou KINDO

Burkina24

Vues : 46

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation