Conflit intercommunautaire de Passakongo: Le Gouvernement présente ses compassions aux victimes

Conflit intercommunautaire de Passakongo:

Le Gouvernement présente ses compassions aux victimes

 

Les 16 et 17 avril resteront gravés à jamais dans la mémoire des populations de la communauté Peulh de Passakongo. Suite à problème foncier mal géré, la communauté Bwaba a décidé d'en découdre avec leurs parents à plaisanterie, les Peulhs en organisant une chasse à l'homme.

Face à la gravité des faits, le gouvernement a dépêché le ministre d'Etat, ministre Chargé des Relations avec le Parlement et des Réformes Politiques, le Dr Arsène Bognessan Yé, pour constater de visu l'ampleur de la situation, appeler les uns et les autres à préserver la cohésion sociale et aussi présenter les compassions du gouvernement aux différentes victimes.

 

Dans cette mission, le ministre d'Etat, ministre Chargé des Relations avec le Parlement et des Réformes Politiques, le Dr Arsène Bognessan Yé était accompagné des autorités de la région et des membres du comité de crise.  A passakongo où  la première au eu lieu avec la communauté bwaba du village, le Docteur Arsène Bognessan Yé  expliqué à la population l'objectif de sa venue "celui de recueillir toutes les informations relatives  au conflit qui vous oppose à la communauté Peulh, et ensuite vous inviter à cultiver la paix et la cohésion sociale qui a toujours existé en vous Nous ne sommes pas venus ici dire qui a raison et qui a tort " a t-il déclaré. "Cette mission est une mission du gouvernement et non celle d'un parti politique", a précisé le ministre d'Etat, le Dr Bognessan Yé.

 C'est le même message qui a été livré à la communauté Peulh que la mission a rencontré dans la salle de mariage de la mairie de Dédougou. Dans ce conflit c'est la communauté qui a été essentiellement concernée. C'est elle qui a subi la plus grosse perte dans cette situation déplorable.

Les maisons d'habitation éventrées et incendiées sont estimées à environ 105, avec  368  personnes déplacées. Soixante quatre (64) ménages sont hébergées  sur des sites précaires au niveau de la mairie et dans huit (8) familles d'accueil. Les élèves qui ont désertés les classes sont estimés à quatre vingt neuf (89) dont soixante six (66) au primaire et vingt trois (23) au secondaire selon les services de l'Action Sociale et de la Solidarité Nationale.

Les maisons d'habitation de la communauté Peulh ont été éventrées et incendiées par l'autre partie en conflit. Avec l'approche de la saison hivernale la situation demeure préoccupante pour ces déplacés qui sont installés sur des sites précaires. Sur ces sites c'est la question de l'alimentation qui se pose.

Diallo Drissa que nous avons trouvé sur les lieux a vu sa maison saccagée par les jeunes de la communauté bwaba. Sa sécurité et celle de sa famille menacée, il a été contraint de se réfugié à Dédougou. Victime d'accident de travail à la SOFITEX, il ne sait pas à quel saint se vouer désormais  pour les dommages qu'il a subis. C'est la question qui taraude dans l'esprit de bon nombre des victimes qui sont sans économie.

Dramane Sougué

 

Vues : 243

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

Commentaire de Sougué Dramane le 10 septembre 2012 à 11:16

Le conflit qui couvait depuis un certain temps entre les Peulhs et les Bwaba de Passakongo a fini par éclater au grand jour. En effet dans la matinée du lundi 16 avril, des jeunes de l'ethnie Bwaba munis d'armes blanches ont attaqué le domicile de Diallo Mamadou, délégué de la communauté peulh résidant dans le village. Dans leur furie, les jeunes ont défoncés ces maisons d'habitation auxquelles ils ont d'ailleurs mis le feu. Le bilan dressé juste après leur passage fait état de deux vélos, une moto et  une charrette calcinée. Aucune perte en vie humaine n'a été signalée, car sentant le roussi venir, la communauté peulh avait fait évacuer leur famille sur Dédougou. L'origine de conflit latent serait du à un problème foncier. Les forces de l'ordre ont été dépêchées sur les lieux

Commentaire de CNP-NZ le 7 septembre 2012 à 16:31

Salut Sougué,

Merci pour cet article sur une situation de plus en plus préoccupante sauf que l'on reste sur sa faim parce qu’on ne sait ce qui s'est réellement passé. Pourquoi la communauté Bwaba s'en est pris à son parent à plaisanterie? Qu'est ce qui a pu bien se passer pour amener le communauté bwaba à transgresser une règle aussi puissante que la parenté à plaisanterie pour s'attaquer aux peulhs?

ce sont ces questions que le lecteur souhaite voir développé. Il y a un gros problème inter communautaire au Burkina et on court droit vers la catastrophe si l'on n'y prend garde. Quand la parenté à plaisanterie est transgressé comme ça, c'est le fondement de nos sociétés qui s'écroule et on doit y regarder de près!

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation