Contrairement à ce qu’on croyait, il n’existe pas un type unique de schizophrénie mais huit troubles génétiques différents

Des chercheurs des universités de Grenade (Espagne) et Washington à Saint-Louis (États-Unis) ont découvert qu’il n’existe pas un type unique de schizophréniemais un groupe composé de huit troubles génétiques différents dont chacun présente son propre ensemble de symptômes.
Cette importante découverte se publie cette semaine dans la prestigieuse revue The American Journal of Psychiatry et pourrait supposer le premier pas vers un meilleur diagnostic et traitement de cette maladie, qui affecte environ 1% de la population mondiale.
Jusqu’à cette date, on savait que 80% environ du risque de souffrir une schizophrénie était héréditaire, même si cela fait des années que les scientifiques essaient d’identifier les gènes spécifiques qui la produisent.
Cette nouvelle recherche, à laquelle ont participé 4196 patients diagnostiqués de schizophrénie, a identifié pour la première fois les réseaux de gènes différents qui contribuent à l’existence de huit types différents de schizophrénie. Ont également participé à ce travail 3200 patients sains en tant que groupe de contrôle.
Les gènes fonctionnent comme un orchestre
«Les gènes n’agissent pas par eux-mêmes de façon isolée, signale Igor Zwir, chercheur à l’Université de Grenade et coauteur de ce travail, mais fonctionnent entre eux comme un orchestre. Pour comprendre leur fonctionnement, nous devons non seulement connaître comment sont chacun des membres de l’orchestre, mais aussi comment ils interagissent entre eux. »
« Ce que nous avons fait avec ce travail, après une décennie de frustration dans le domaine de la génétique psychiatrique, c’est identifier la façon dont les gènes interagissent entre eux, de façon orchestrée dans le cas des patients sains, ou désorganisée, comme il arrive dans les formes qui conduisent aux différents types de schizophrénie », signalent les auteurs.
Ainsi, chez certains patients atteints d’hallucinations ou de délires, par exemple, les chercheurs coïncident dans le fait qu’il existe différents réseaux de gènes en rapport avec leurs symptômes, ce qui démontre que les variations génétiques spécifiques ont interagi pour créer une certitude de 95% d’être atteint de schizophrénie. Dans ce groupe, ils ont trouvé que le discours incongru et le comportement désorganisé s’associent spécifiquement à un réseau de variations d’ADN qui encourent un risque de 100% de schizophrénie.
Les chercheurs ont divisé les patients selon le type et la gravité des symptômes positifs (comme différents types d’hallucinations ou de délires) ou les symptômes négatifs (comme le manque d’initiative, des problèmes pour organiser des pensées ou le manque de connexion entre les émotions et les pensées). Parallèlement, les scientifiques ont classifié les profils de ces symptômes en huit troubles qualitativement différents en fonction des conditions génétiques sous-jacentes.
Gènes individuels
«Dans le passé, les scientifiques avaient cherché des associations entre gènes individuels et la schizophrénie, signalent les chercheurs. Ce qui manquait était l’idée que ces gènes n’agissent pas de façon indépendante mais travaillent conjointement afin de perturber la structure et les fonctions du cerveau, donnant ainsi lieu à la maladie. »

http://popsante.blog4ever.com/contrairement-a-ce-quon-croyait-il-ne...

Vues : 23

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation