DECES DE ROLANDE SAMA
Une marche de protestation pour réclamer vérité et justice
Les ressortissants du nord de Dédougou parents et amis de Rolande Sama, du nom de cette policière municipale décédée dans la nuit du 1er au 2 juin 2012, dans des circonstances non encore élucidées, ont organisé le 15 novembre 2012, une marche de protestation. Objectif : réclamer justice et vérité pour la défunte.
L’émotion était grande. Dépitée, la maman de Rolande Sama, s’est fondue en larme devant le palais de justice. « Je demande que Florent N’Do soit arrêté » A-t-elle lâchée. En effet, Florent N’Do, maréchal des logis de la gendarmerie de son état, concubin de la défunte policière municipale, est accusé par ses ex beaux parents d’être à l’origine de la mort de cette dernière. De la place de l’ancienne auto gare de Dédougou au gouvernorat en passant par la justice et la mairie, les manifestants, brandissant des photos de la regrettée, scandé des propos de désapprobation et de mécontentement. Aussi, ont-ils protesté contre ce qu’ils ont qualifié de silence coupable et de lenteur observés par les autorités dans le traitement de la plainte déposée par la famille Sama. Dans les messages remis respectivement à la justice, à la mairie et au gouvernorat, ils exigent que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort de Rolande Sama. Morceaux choisis : Nous avons constaté que Monsieur N’Do Florent a été muté hors de Dédougou et continue d’exercer sa fonction sans inquiétude alors que nous avions été informés depuis le mois d’août qu’il a été inculpé. Nous ne comprenons pourquoi cette mutation. Nous voyons en cela une volonté de le protéger. Nous exigeons que le suspect à savoir le MDL N’Do Florent fasse l’objet d’un mandat, que toute la lumière soit faite le plus rapidement possible et que l’éventuel coupable de la mort de Rolande, réponde devant les juridictions, car nul n’est au dessus de la loi. « Cette marche pacifique est un avertissement. Si dans un bref délai le dossier ne connait pas une suite favorable, nous aviserons » a fait remarqué Mme Isabelle Kadio née Sama, sœur ainée de Rolande. Le substitut du procureur du Faso, OubaÏdoulaye Ouédraogo, qui a réceptionné le message a salué la démarche pacifique. Il a également rassuré que le dossier est entre les mains du juge d’instruction qui doit encore entendre des témoins. En outre, il a fait remarquer qu’il n’ y a pas de lenteur dans le traitement du dossier avant d’ajouter que la justice ne couvre personne. « La justice sera rendu au nom du peuple burkinabè » a conclu le substitut. Il est à noter que la manifestation qui se voulait pacifique la été vraiment. Aucun débordement n’a été enregistré.
Serge COULIBALY

Vues : 46

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation