Des milliers de marcheurs dans les rues de Ouagadougou

« Non à l’augmentation des prix des hydrocarbures ; non à l’expropriation des pauvres de leurs parcelles au profit des riches ; en avant pour la lutte contre la vie chère.»

Ce sont entre autres, les messages qu’on pouvait entendre mais aussi lire sur les fanions et pancartes des protestateurs. En rang serré, les mains dans les mains, un brassard rouge ou vert sur le bras gauche, le visage serein.

Des milliers de militantes et militants de la coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (CCVC) sont descendus dans les rues de Ouagadougou le 26 mai 2012.

Partis de la Bourse du travail (la base des syndicats), les marcheurs ont arpenté les artères de la ville comme l’avenue de la nation, celle de la cathédrale en passant par l’avenue du Dr Kwamé N’Krumah avant de rejoindre leur QG pour un meeting.

Ils ont bouclé environ un circuit fermé de 5 km. Ces derniers ont reçu le soutien moral de leurs camarades de la confédération générale des travailleurs de la France (CGT-F).


Le chapelet des revendications

La CCVC exige du gouvernement, la révision de la structure des prix des hydrocarbures pour une diminution significative de leur coût ; la réduction effective des prix d’une dizaine de produits de grande consommation (riz, mil, maïs, lait, pâtes et huile alimentaires, savon…) retenus et communiqués aux syndicats ; le respect de la diminution des prix opérée et la qualité desdits produits ; et le réexamen approfondi de la Plate Forme d’Action de la CCVC.

Cette journée nationale de protestation se déroule à un moment où le prix du litre de carburant vient d’augmenter de 50 francs CFA (7%). Ce qui a vite occasionné la hausse des tarifs du transport (15 à 33%) et des prix des produits de première nécessité.

Selon le 1er vice-président de cette coalition, Chrysogone Zougmoré, la traduction en actes concrets et positifs des multiples promesses gouvernementales se fait toujours attendre.

 Il invite les militantes et militants de la coordination nationale à rester mobilisés et à répondre à tout mot d’ordre que viendrait lancer la structure.

VN:F [1.9.12_1141]

Vues : 33

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation