Des paquets technologiques pour produire à moins coût

Des paquets technologiques pour produire à moins coût La Direction Régionale de l’Agriculture et de l’hydraulique et de la Chambre Régionale de l’Agriculture (CRA), de la Boucle du Mouhoun avec le soutien financier du PAPSA, (Projet d’Amélioration de la Productivité agricole et de la Sécurité Alimentaire), ont organisé conjointement une visite commentée de la parcelle de démonstration du riz pluvial strict le lundi 22 octobre 2012 à Tô dans le département de Toma. Objectif offrir la possibilité au producteur de choisir un menu en fonction de ces capacités techniques et surtout financières. Les objectifs recherchés à travers ces parcelles de démonstrations, sont entre autre la proposition aux petits producteurs, des variétés de culture à haut potentiel de rendement et adaptées à la zone agro-écologique ; la mise en évidence la performance des variétés améliorées de culture, la proposition des paquets technologiques pour assurer une meilleure expression du potentiel des variétés, l’adoption par les producteurs de ces paquets technologiques à l’issue de la démonstration. Pour ce qui concerne la parcelle de démonstration que nous venons de visiter, explique Jean Martin Kambiré, Coordonnateur National du PAPSA « c’est que la stratégie du projet vise à faciliter l’adoption des technologies et des intrants agricoles par les producteurs. Pour pouvoir le faire il faut qu’on leur montre la pertinence de ces itinéraires techniques et de ces intrants. Donc ce que vous avez vu avec les parcelles de démonstration, il y a la date des semis, les opérations culturales, il y a l’apport de la semence améliorée, la fumure organique et dans certains cas on ajoute la fumure minérale. Et enfin vous avez aussi vu que dans une des parcelles on a fait du casiérage, c’est-à-dire qu’on a subdivisé la parcelle en quatre, ce qui a permis de retenir davantage de l’eau et même les engrais qui sont appliqués, s’il ne pleut pas assez, il y aura encore de l’humidité, et s’il pleut beaucoup aussi au lieu que les engrais soient lessivés c’est-à-dire transportés ailleurs, ces engrais restent sur place ». Le résultat sur la base des carrés de rendement, permet de voir une différence nette entre les parcelles. Les charges de production, c’est vrai évoluent à la hausse du menu 1 au menu 3, mais quant on regarde le résultat net, on se rend compte, que le bénéfice augmente sensiblement entre le menu 1 au menu 3. Ce qui est intéressant c’est qu’on offre en fait la possibilité au producteur de choisir un menu en fonction de ces capacités techniques et surtout financières. C’est donc surtout cela qui constitue l’innovation par rapport à tout ce qui se passait depuis le passé. Pour cette démonstration, « la Chambre Régionale d’Agriculture (CRA) a été fortement impliquée, et comme les résultats sont pertinents, il y aura un travail qui sera fait au sein de la CRA mais aussi avec l’appui des services techniques de l’agriculture pour faciliter la diffusion de ces technologies. Les semences sont toujours presque données gratuitement au producteur et les engrais subventionnés par l’Etat à 50%, donc ce qui facilite l’accès aux intrants et de ces technologies dans l’optique de l’amélioration de la productivité » a ajouté Jean Martin Kambiré, Coordonnateur National du PAPSA En rappel le PAPSA, c’est le Projet d’Amélioration de la Productivité agricole et de la Sécurité Alimentaire ; il a été préparé en 2008-2009, dans un contexte de crise alimentaire, la première crise alimentaire. C’est pour cela que le gouvernement avec l’appui de la banque mondiale, a ciblé la production vivrière et aussi les petits producteurs qui constituent la majorité des agriculteurs dans ce site.

Vues : 306

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation