Koudougou/C'est quoi toutes ces morts bizarres

Koudougou

C’est quoi toutes ces morts bizarres ?

 

Des accidents qui laissent des macchabés sur la chaussée, des noyades fatales à des citoyens et tout récemment, un homme qui tombe raid mort après une partie de ‘’jambes en l’air’’ puis un autre qui se pend dans le salon d’une maison qu’il venait d’intégrer avec famille et bagages. Tels sont les sinistres, funestes et morbides faits qui ont jalonné le quotidien des koudougoulais, ces derniers temps.

 

Cyrille Zoma

 

La question que biens de koudougoulais se posent c’est de savoir à quoi riment toutes ces morts, plus ou moins bizarres qui jalonnent la vie de tous les jours des habitants de la cité du ‘’Cavalier rouge’’ depuis le début de cette année. On n’a pas encore fini d’épiloguer sur les nombreux décès dus aux accidents de la circulation, ni ceux provoqués par des noyades, que cette semaine surviennent deux morts des plus insolites. Tout d’abord le dimanche 07 août tard dans la nuit. Un jeune homme s’offre une partie de plaisir avec une fillette de mœurs légères, d’à peine treize (13) selon des témoins, dans une chambre de passe, situé dans un maquis pas loin du marché de Zakin. Après la relation sexuelle, les deux sortent de la chambre et le jeune homme tombe raid mort juste la porte franchie. La fillette prend la poudre d’escampette. On a de la peine à identité le corps qui ne portait aucune pièce d’identité. On apprendra plus tard que la victime serait un convoyeur. Il aurait été reconnu par un autre convoyeur venu voir le corps à l’instar de bien de curieux en cette nuit du dimanche. Selon des témoins, la fillette, native de Guy, quartier périphérique de Koudougou, serait une roturière et aurait abandonné sa famille depuis belles lurettes et trainerait à Koudougou, en compagnie d’autres filles de même acabit, à la recherche de quelques aventures.

Le dernier cas en date, concerne un enseignant du primaire, Boniface Ouédraogo, qui s’est pendu dans le salon d’une maison dans laquelle il avait emménagé le jour même, soit le mardi 09 août dernier avec sa femme, son enfant de cinq (05) ans et son petit frère. Tout porte à croire que c’est alors que toute la maisonnée dormait qu’il a commis son ignoble besogne en se servant d’une corde et des chevrons du toit. C’est au petit matin que son frère a découvert en premier l’horreur. Selon des personnes proches de l’intéressé, il aurait poursuivi longuement le bailleur avant que celui-ci consente à lui louer la maison qui se trouve dans une cour avec une autre maison aussi occupée par un locataire, au secteur 8. Ces mêmes sources affirment que Boniface Ouédraogo était très pieux et très proche des milieux catholiques, où il participerait à des prières charismatiques et autres. Il a été enterré au cimetière, route de Réo, le mercredi passé. On imagine dans quel désarroi il a mis le bailleur et dans quel traumatisme il a plongé sa famille. Surtout qu’il n’a laissé aucune note expliquant son geste. Ce qui crée beaucoup de mystère et suscite pleines d’interrogations.

On ne trouve pas d’explication à ces morts bizarres. Et si on en ajoutait celles causées par les accidents et les noyades, il y a de quoi donner raison à cet homme qui soutient que les vieux ont intérêt à se lever. A fouiller la brousse pour éclairer ces mystères, connaître les causes de tant de malheur et permettre de stopper ce cycle infernal. Quoi qu’il en soit, espérons que les enquêtes ouvertes par la gendarmerie permettront de lever un coin du voile.

Vues : 69

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation