Le lycée départemental de Koumbri s’effondre sous le poids d’un vent violent

Voici l’une des traces laissées après le passage du vent dans la nuit du 17 juin 2013 à Koumbri, village de la province du Yatenga (Nord du Burkina). Le toit décoiffé, les tables-bancs réduits au simple bois de menuiserie, le bâtiment à quatre classes du lycée départemental de Koumbri tient à moitié. Certaines tôles,  selon des riverains, ont été retrouvées à 3 km de l’établissement. « Cette nuit là, personne n’a fermé l’œil. C’est autour de 20h que le vent a commencé. Depuis que je suis né, je n’ai jamais vu une telle tempête,» témoigne le 2è adjoint au maire, Moustapha Ouédraogo, un cinquantenaire. Le bâtiment date de 1998. Il a été réfectionné en septembre 2012.

Autres dégâts   

Les dommages occasionnés par le vent dans le village font état de 37 maisons d’habitations et d’élevage totalement effondrées, une cinquantaine de logements à moitié détériorés et des biens publics et privés emportés. Heureusement, il n’y a pas eu de blessé ni de perte en vie humaine. Moussa Ouédraogo, une victime explique que lui et son fils de huit ans ont eu la vie sauve grâce au «  Bon Dieu ».  Son enfant accroché à lui, Il a engagé une lutte avec le toit de sa maison qui menaçait de s’envoler. Après avoir trouvé une issue de sortie, ils se sont réfugiés dans une autre maison de la cour où le séjour n’a duré qu’une fraction de secondes.

Que faire la rentrée prochaine 

En Octobre précisément, les scolaires devront reprendre les cours. Déjà avec les salles de classe insuffisantes, voici encore quatre autres classes en moins et une bibliothèque irrécupérable. Que faire la rentrée prochaine? Cette question, les parents d’élèves se la posent sans trouver la réponse. En attendant, le président de l’association des parents d’élèves (APE) du lycée départemental de Koumbri, Paul Sidiki Ouarma  sollicite du soutien: « nous demandons aux ressortissants de Koumbri, nos partenaires, toute personne ou ONG qui est à mesure de nous aider à reconstruire le bâtiment avant la rentrée scolaire à ne pas hésiter. Nous avons certes enregistré divers dégâts mais le temple du savoir reste notre première préoccupation.»

Vues : 152

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation