Les à-côtés de la SNC 2012 : On a oublié les morts !!!

A la cérémonie d’ouverture de la 16e édition de la Semaine nationale de la culture (SNC), on s’attendait naturellement à observer une minute de silence à la mémoire des artistes qui ont quitté le monde des vivants. Mais rien ne fut fait. Après un bref défilé des artistes, suivra la lecture des discours, comme d’habitude. Puis les feux d’artifices signifiant que la fête de la culture a bien démarré. Il en a été de même à la clôture de l’évènement. Aucun moment n’a été réservé aux défunts artistes. Ce qui fait croire qu’on a tout simplement oublié ces morts qui n’ont cessé de porter haut les couleurs du Faso de leur vivant. « Vous !! Restez derrière !!! C’est la RTB qui est prioritaire » On est souvent tenté de se demander pourquoi on invite les autres organes de presse lors des évènements ou cérémonies en plus de la Radio télévision du Burkina (RTB). La télévision nationale, nous l’aimons bien. D’ailleurs, c’est la télé de tous les Burkinabè et il n’y a pas de raison de ne pas l’aimer. Alors si on estime qu’elle seule peut assurer la couverture médiatique des évènements, autant ne pas inviter les autres presses, pour les négliger. En effet, à la cérémonie d’ouverture de la 16e édition de la SNC, il était prévu de tirer quelques mots du Premier ministre, patron de la cérémonie. Il y avait des journalistes des média privés et étrangers. Quelle ne fut leur surprise lorsqu’un technicien de la chaîne nationale de télévision leur dira de laisser la place à sa journaliste, parce que dit-il : « C’est la RTB qui est prioritaire ». Comme si les autres venaient pour s’amuser. Qui n’est pas journaliste, artiste et même exposant !!! A l’occasion de la SNC 2012, des esprits malins ont libéré leurs génies créateurs. C’est ainsi qu’ils se sont confectionnés de faux badges pour accéder gratuitement aux différentes manifestations. Des copies conformes des vrais badges. Ils ont ainsi réussi à déjouer les contrôles en se promenant à la foire. Mais ils seront interpellés par la gendarmerie et mis aux arrêts. Comme le dit un adage, « chaque jour appartient au voleur, mais il y a un jour qui appartient au propriétaire ».

Rassemblées par Bassératou KINDO

Vues : 42

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation