Lutte contre le paludisme: plus de ç millions de moustiquaires à distribuer

Le ministre de la santé, Léné Sebgo, a procédé au lancement de la campagne de distribution universelle de moustiquaires imprégnées d’insecticide à longue durée d’action (MILDA) à Dédougou le jeudi 11 juillet 2013. Deuxième du genre, cette campagne vise à réduire le taux de transmission du paludisme au Burkina Faso.

Principales causes de consultation (45,9%), d’hospitalisation (52,3%) et de décès (36,5%) dans les formations sanitaires au Burkina selon les données statistiques 2012 du système national d’information sanitaires, le paludisme constitue un véritable problème de santé publique. En effet, sur plus de 600 000 cas de décès pour cause de paludisme l’année dernière, 90% de ces décès ont été enregistrés en Afrique, indique le rapport mondial sur le paludisme. C’est pour faire face à ces chiffres accablants, que le Burkina Faso s’est engagé à faire reculer cette maladie qui se transmet par la piqûre des moustiques. Ainsi, après la première campagne de distribution universelle de MILDA en 2010, les autorités de santé initié une deuxième campagne en l’espace de trois ans afin de réduire au maximum le taux de transmission du paludisme.
Permettre à au moins 80% de la population de dormir sous des moustiquaires
La moustiquaire, ont indiqué les spécialistes, permet à l’homme d’éviter le contact avec le moustique, agent causal du paludisme. Et au cours de cette deuxième campagne « plus de 9 600 000 moustiquaires seront distribuées gratuitement sur toute l’étendue du territoire», a indiqué le ministre de la santé, Léné Sebgo. Après le lancement officiel, la distribution se fera de façon simultanée selon l’arrivée des MILDA dans tous les districts sanitaires à l’intérieur d’une même région et durera quatre (04) jours. L’objectif étant de permettre à au moins 80% de la population du Burkina de dormir sous des moustiquaires, a ajouté le ministre Sebgo. Pour minimiser les difficultés rencontrées lors de la précédente campagne de distribution de MILDA, des dispositions ont été prises surtout sur le plan de la communication. « La campagne passée, c’est le manque d’information qui a fait que les populations se bousculaient sur les sites de distribution. Mais pour la présente, nous avons pris le soin de les informer qu’il est prévu une moustiquaire pour deux personnes. Cependant quelques difficultés se font jour au niveau de Bobo et de Ouagadougou parce qu’il y a un dépassement entre le dénombrement de la population et les quantités des moustiquaires prévue pour deux villes », souligne Léné Sebgo. Pour la réussite de la campagne, la représentante de l’organisation mondiale de la santé (0¨S) au Burkina, Djamila Cabral, a invité la population à se procurer les moustiquaires et à les utiliser car dit-elle « un taux élevé d’utilisation des moustiquaires peut contribuer à une réduction de 20% de la mortalité chez les enfants ». Outre cette campagne de distribution des MILDA, le gouvernement s’est engagé à subventionner les traitements du paludisme, à prendre en charge gratuitement les cas de paludisme simple chez les femmes enceinte et les enfants de moins de cinq ans, etc.
Kamélé FAYAMA
faygracias@yahoo.fr

Vues : 62

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation