Ministère de l’Emploi et de la Jeunesse : Après les foras, des plans d’actions pour mieux cadrer avec les spécificités de chaque région

Après les foras, des plans d’actions pour mieux cadrer avec les spécificités de chaque région

Inexistence d’université et d’écoles supérieures, absence d’infrastructures de formations professionnelles, insuffisance des infrastructures sanitaires, scolaires et hydrauliques, enclavement de la région, désœuvrement  de la grande majorité de la population active, notamment les jeunes pendant toute la longue saison sèche, une situation peu luisante et peu propice pour une jeunesse en quête de savoirs. Un an après les forums sur l’emploi de la jeunesse, le ministère s’active à l’élaboration des plans d’actions régionaux d’emploi.

 Les maux qui minent la jeunesse de la région de la Boucle du Mouhoun ne sont pas insurmontables. C’est pourquoi le gouvernement s’y investit en en parcourant les régions du pays  dans le but d’élaborer  des plans d’actions régionaux d’emploi sensés prendre en compte les spécificités de chaque région.

La situation de l’emploi et de la formation professionnelle n’est guère meilleure au niveau de la région. Sur dix (10) centres de formations professionnelles recensés  en 2008, dans les six (06) provinces de la région, (06) sont destinés aux métiers de mécanique  et le reste concerne les domaines de menuiserie et de la couture. L’offre de formation de ces centres, à la même  période, est estimée à 380 apprenants pour une population active estimée à 690 171 habitants, soit 47,84% de la population totale.

Au niveau de l’emploi, les taux de sous-emploi de la région sont plus importants que les moyennes nationales en 2007 soit, 22,1 et 25,2% contre 19,4 et 22,4%.

Ces chiffres corroborent  les données statistiques tirées du document « monographie de la région » élaborée en septembre 2008, et prenant en compte les résultats de l’enquête menée sur les conditions de vie des ménages en 2003, par l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD). En effet selon ces données, la région de la Boucle de la Boucle du Mouhoun est classée parmi les trois régions les plus pauvres du Burkina, avec une incidence de la pauvreté  estimée à 60,4%.

« Ces statistiques illustrent aisément la réalité et l’acuité de la problématique de l’emploi et de l’insertion professionnelle des jeunes au niveau de la région de la région de la Boucle du Mouhoun » a précisé le Gouverneur de la région, Victor Dabiré.  La région dispose d’énormes potentialités économiques à faire valoir et sur lesquels l’on peut compter.

C’est pourquoi le ministre de la Jeunesse, de la Formation Professionnelle et de l’Emploi, Achille Marie Tapsoba, s’est lancé dans un processus d’élaboration des stratégies et plans d’actions régionaux d’emploi depuis le samedi 17 septembre 2011. « Ces consultations régionales se veut une traduction parfaite de l’importance que le Gouvernement accorde au dialogue social mais également et surtout la volonté d’associer l’ensemble des acteurs locaux à la réflexion sur les voies et moyens de promouvoir l’emploi en tenant compte des réalités de l’environnement socio-économique et culturel de chaque région » a soutenu Achille Marie Tapsoba, avant d’exhorter les participants à une écoute attentive et à une contribution positive au cours de ces concertations.

Achille Marie Tapsoba a achevé son séjour par la visite d’infrastructures de jeunes, et par un entretien avec le personnel déconcentré du ministère et avec les associations de jeunes de la région.

Vues : 90

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation