Mort suspecte de la policière Rolande Sama: La famille demande justice

Mort suspecte de la policière Rolande Sama: La famille demande justice

C'est avec consternation que la population de Dédougou a appris le 1er juin 2012, le décès subit de Sama Rolande, policière municipale de Dédougou, qui vivait en concubinage avec N'Do Florent, gendarme de son état. La famille de la défunte  estime que leur fille aurait été violemment battue par son concubin. Ecœurée, la famille Sama demande justice pour le décès de leur fille morte dans les circonstances non encore élucidées. La plainte déposée par la famille Sama sur le bureau du procureur près du Tribunal de grande instance de Dédougou tarde à faire son effet.

 

Fatigués d’attendre les conclusions du procureur, la famille Sama et les amis de Rolande ont décidés de battre le pavé pour se faire entendre par les autorités et la population à travers une marche de protestation suite au silence coupable et à la lenteur observée par les autorités dans le traitement de la plainte déposée par la famille Sama afin que justice soit rendue à leur fille dont ils estiment sa mort suspecte.

 Parti de l’ex-gare routière de Dédougou communément appelée « melon gare », banderoles en mains et sur lesquelles ont pouvait lire entre autres : « Vérité et justice pour Rolande Sama, à bas les tueurs et assassins, N’Do Florent assassin », les marcheurs se sont dirigés vers le palais de justice  où se tenait le procès du conflit intercommunautaire de Passakongo. En  l’absence du Procureur, c’est le substitut du procureur Oubaidoulaye Ouédrago qui a reçu les marcheurs dont une copie de leur lettre de protestation a été remise au procureur du Faso.

Dans leur lettre de protestation, la famille et les amis de Rolande Sama déclarent avoir constaté que « Monsieur N’Do Florent a été muté hors de Dédougou et continue d’exercer sans inquiétude alors que nous avions été informés depuis le mois d’août qu’il a été inculpé. Nous ne comprenons pas pourquoi cette mutation. Nous voyons en cela une volonté de le protéger. Nous exigeons que le suspect à savoir MSL N’Do Florent fasse l’objet d’un mandat de dépôt, que toute la lumière soit faite le plus rapidement possible et que d’éventuel coupable de la mort de Rolande, réponde devant les juridictions, car nul n’est au-dessus de la loi ».

En recevant la déclaration de la famille, le substitut du procureur Oubaidoulaye Ouédrago a  salué la démarche de la famille avant d’ajouter que le dossier est dans les mains du juge d’instruction. « Nous travaillons pour la justice et nous ne voulons couvrir personne. C’est la procédure qui est plutôt longue. Les auditions se poursuivent et s’il y a un problème particulier, nos portes sont grandement ouvertes », a indiqué le substitut du procureur.

Après le palais, les manifestants qui scandaient des slogans « Justice pour Rolande » se sont ensuite rendus à la mairie de Dédougou où la même déclaration a été remise au maire de l’hôtel de ville et puis au gouvernorat de la région.

Les marcheurs étaient majoritairement composés de femmes ressortissantes du Nord de Dédougou au nombre desquelles on notait la présence remarquable de la mère de la défunte.

Vues : 102

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation