Vision Express sur… : Pour ces femmes, le foyer vient après…

 

 

Certaines personnes se plaisent très souvent à affirmer, confirmer, et même défendre que le mariage demeure la première raison d’être pour la femme. Le premier objectif à atteindre avant tout autre. Ainsi, une femme au foyer et une femme non encore mariée sont inégalement estimées par la société. Ces affirmations selon lesquelles, « la femme c’est le foyer » paraissent de nos jours révolues voire insensées. Condamner une femme parce qu’elle n’est pas dans un foyer relève en ce 21è siècle du passé. Si bien qu’il n’est plus rare d’entendre des filles souhaiter avoir un enfant au cas où le mariage tarde à venir. Pour elles, l’enfant du mariage peut attendre.

 

Etre donc une fille mère ou une célibataire avec un ou deux enfants n’est qu’une mince affaire pour elles. Bintou est une des adeptes de cette conception des choses. « Je suis secrétaire et j’ai 29 ans. Mon souci aujourd’hui est d’avoir juste un enfant vu que je suis en train de prendre de l’âge. Connaissant les difficultés qui peuvent se présenter pour la procréation après un certain âge, je chercherai à me faire enceinter pour laisser une trace de ma vie sur terre », confie-t-elle.

Laisser une trace ! Ce qui est clair et bien dit. Un enfant peut donc constituer la trace que beaucoup de femmes recherchent à travers le foyer qui se fait de plus en plus rare.

 

Ce statut, ailleurs, fait partie intégrante de la société, mais sous nos cieux, il est encore inadmissible et très mal vu. Aussi, faut-il signifier que ce souhait d’avoir volontiers un enfant sans être mariée n’est pas donné à toutes les filles. Certainement celles dont la situation financière est stable, pour s’occuper toute seule du « bout’chou » ont plus d’opportunités pour mener volontairement une vie de mère solitaire. Elles ont de quoi faire comme activités rémunératrices, elles sont des professionnelles, quelques fois belles, mais le temps n’attend pas selon elles.

 

Une femme après 35 ans, disent certaines, rencontrera des difficultés pour procréer. Une situation inconfortable que beaucoup de personnes voient pourtant de travers en n’acceptant pas ce qu’elles qualifient de dérives comportementales. « Une femme, c’est d’abord le foyer et le reste s’en suivra », soutiennent-elles. Des discours qui peuvent paraître sans fondement car si ici, le premier souci de la femme est le mariage, ailleurs, le premier mari de la femme, est le travail. Cette culture de prioriser l’épanouissement de la femme via une activité donnée est en train de se faire une place dans nos sociétés. Il faudra donc faire et composer avec les femmes célibataires et mères. Apprendre à se défaire des idées obstruant le développement de la femme longtemps vulnérables. Il y va de l’intérêt de tous.

Bassératou KINDO

Vues : 114

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2019   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation