Commémoration de la mort de Norbert Zongo


Une marche à Dédougou pour décrier l’impunité


A l’instar des autres villes du pays, Dédougou a abrité le vendredi 13 décembre une marche du collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) du Mouhoun pour commémorer le 15e anniversaire de la mort du journaliste pour Norbert Zongo et ses compagnons.


« Comme il est de coutume chaque 13 décembre depuis 1998, l’année à laquelle le journaliste Norbert Zongo ont été assassinés, nous sommes encore dans la rue ce 13 décembre 2013 pour réclamer que la lumière soit faite sur cet assassinat. Nous ne nous lasserons pas tant que justice n’est pas rendue».Ces propos du président du mouvement Burkinabè des droits humains et des peuples (MBDHP) section province du Mouhoun, Lamoussa Kadinza résument la raison de la marche de ce vendredi 13 décembre 2013 à Dédougou. En effet, à l’appel du collectif des organisations démocratiques de masse et de partis politiques (CODMPP) du Mouhoun, les organisations de la société civile (OSC) de Dédougou, les élèves et étudiants étaient dans la rue à l’occasion du 15e anniversaire de la mort « tragique » du journaliste Norbert Zongo et ses compagnons. Partis de l’ancienne gare routière de Dédougou (Melon gare), les marcheurs se sont rendus au Haut-commissariat de la province du Mouhoun en passant par le rond point « Nazi Bony » sur l’axe Dédougou-Bobo avec des escales pour expliquer de tant à autre la raison de cette sortie dans la rue. Au Haut-commissariat du Mouhoun, le premier locataire des lieux, Zakaria Parré, les attendaient avec un dispositif sécuritaire impressionnant. Dans la déclaration remise aux autorités provinciales pour le gouvernement, les manifestants dénoncent l’injustice, l’impunité, la corruption, la vie de plus en plus chère pour les Burkinabè, la mal gouvernance, etc. D’ailleurs sur les écriteaux des pancartes on pouvait lire entre autre messages : « oui au civisme, mais rendons d’abord la justice et bannissons l’impunité » ou encore « non à la confiscation des droits et des libertés des peuples ». Après avoir reçu le message pour sa hiérarchie, le Haut-commissaire Zakaria Parré a rassuré les marcheurs de sa bonne destination, et les a invité à faire preuve de civisme afin que la marche puisse se terminer sans incident. Et c’est en toute beauté, sans incident aucun que cette marche s’est achevée au bonheur des organisateurs. Venus commémorer cette journée avec le CODMPP, les étudiants de Dédougou ont profité de l’occasion pour égrener le chapelet de leurs problèmes. Insuffisance d’enseignants, manques d’infrastructures socio-sanitaires et éducatives… ce sont entre difficultés auxquelles les étudiants de la cité de Bankuy font face depuis deux ans que le centre universitaire polytechnique de Dédougou a été créé. Et d’ici là, si rien n’est fait pour améliorer la situation, les étudiants promettent des « journées chaudes » aux autorités locales du « grenier du Burkina ».
Kamélé FAYAMA
faygracias@yahoo.fr

Vues : 128

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation