Droits  et  obligations des partenaires et des assurés sociaux de la CNSS: Les partenaires sociaux du Mouhoun informées Après Bobo-Dioulasso, Ouagadougou, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNS…

Droits  et  obligations des partenaires et des assurés sociaux de la CNSS:

Les partenaires sociaux du Mouhoun informées

Après Bobo-Dioulasso, Ouagadougou, la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) a organisé le vendredi 20 septembre 2013 à Dédougou une conférence publique d’information et de sensibilisation sur les droits et les obligations des partenaires et des assurés sociaux.

La Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS), faut-il le rappeler est un établissement public de prévoyance sociale créé par l’Etat et qui a pour mission la gestion de la sécurité sociale obligatoire au profit des travailleurs salariés et assimilés régis par le code de travail. Au Burkina Faso, son champ d’application s’est élargi aux travailleurs indépendants avec l’adoption de la loi n°015/20106/AN du 11 mai 2006, portant régime sécurité sociale en faveur des travailleurs salariés et assimilés.

C’est  depuis trois mois dira  Nya Boukary, Secrétaire Général de la CNSS, que son institution a entrepris cette vaste campagne de sensibilisation et d’information sur les missions de la CNSS notamment les droits et les obligations des partenaires et assurés sociaux. « C’est vrai que la CNSS existe il y a longtemps et ce n’est pas que la population ignore ses droits et devoirs, mais en matière de communication, il faut toujours travailler à informer davantage la population, d’où l’objectif de cette conférence. La caisse a deux missions principales, il s’agit de recouvrir les cotisations et de servir les prestations. Comme vous le savez, au niveau des prestations il y a plusieurs volets. Il y a la branche des prestations familiales, la branche assurance vieillesse, et la branche des risques professionnels. Ce sont ces différentes prestations qui ont développées aux participants au cour de cette conférence».

Au regard de la forte mobilisation, le Secrétaire Général de la Région de la Boucle du Mouhoun, Bernard Béba  a apprécié à sa juste valeur cette initiative prise par les responsables de la CNSS, d’organiser de telles rencontres dans les régions pour porter l’information à l’ensemble des acteurs sur les missions de la CNSS. La salle a refusé du monde, car cela dénote à tel point les gens ont soif d’informations a ajouté Bernard Béba. « C’est comme vous le savez  prévoir ses vieux jours c’est dès maintenant qu’il faut y penser. Et si on n’a pas l’information nécessaire pour voir quelles sont les précautions qu’il faut prendre, ce n’est pas évident. Nous sommes enchantés d’accueillir cette mission de la CNSS, qui vient travailler à combler ce déficit d’informations ».

Si certains se réjouissent de cette conférence à l’image de Tuina Tatiana, Comptable à CB Energie de Dédougou qui dit : « J’ai appris  à connaître les droits de l’assuré, les allocations familiales. Je repars vraiment satisfaite de cette conférence, car c’est la première fois que je prenne part à une telle rencontre » ; il n’en est pas le cas de Zakaye Toé, Secrétaire Administratif principal à la retraite, Président de l’Association Provinciale des Retraités du Sourou et membre du bureau national des retraités du Burkina. Il ne semble pas emboucher la même trompette que ces devanciers. « Ce sont des questions que nous avons eu à débattre tant au niveau provincial que national. Nous avons même rencontré notre Ministre de tutelle pour discuter de ces problèmes et ils nous ont toujours promis de se pencher sur nos préoccupations. Les points que j’ai soulevés sont relatifs à l’article 24 de la loi 47 de novembre 1994 qui stipule que lorsqu’il y a une augmentation de salaire du personnel en activité,  cela s’applique automatiquement sur le décompte des pensions. Malheureusement cela ne se passe pas comme prévu ; c’est lorsqu’on dit qu’il y a une augmentation de salaire suite à une revendication des syndicats que cet article est respecté. Là aussi, ce n’est pas tout qui est appliqué. Il y a un décret  qui ramène le taux indiciaire  de 2 132 à 2 222. Ce qui veut dire qu’il y a une augmentation de salaire, mais malheureusement cela ne se répercute pas sur les pensions. Ensuite lorsqu’on parle d’augmentation des indemnités de logements, des indemnités de suggestion et de  rabattements de l’UITS, lorsque vous êtes à la retraite, vous ne bénéficié plus de ces indemnités ni d’UITS ;  et pourtant ces mesures sociales ne sont pas appliquées sur les pensions. C’est dire que la loi n’est pas respectée, car l’article 24 stipule que lorsqu’il y a augmentation des salaires, il y a augmentation des pensions. Pour moi, cette conférence est comme toutes les autres conférences auxquelles j’ai pris part. Ils vous diront que vous avez dit est juste mais ils ne feront rien ; Je ne m’attends pas à un miracle ».

Vues : 155

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation