DON DE SANG AU BURKINA: Sortir des sentiers battus !

Comme le 14 juin de chaque année, et ce depuis 2004, date de sa création, la journée mondiale des donneurs de sang a été une fois de plus commémorée dans la majeure partie des pays du monde. A l’occasion de cette journée qui vise à souligner l’engagement de la communauté internationale en faveur du don volontaire et non rémunéré du sang et de ses composants, le pays des hommes intègres a rendu hommage à ses milliers de donneurs. Cette journée de réflexion vient à point nommé, d’autant que le Burkina Faso s’apprête à entrer dans la saison d’hivernage, saison propice à la prolifération du paludisme. C’est donc peut dire que d’affirmer que les poches de sang et les donneurs seront fortement mis à contribution.

Il pourrait donc y avoir de véritables risques de pénurie de sang étant entendu que les donneurs se font toujours désirés. En plus, les donneurs fidèles et réguliers que sont les élèves et les étudiants –les premiers surtout- étant en vacances, il serait sûrement difficile de trouver des donneurs pour combler cette période surtout “sangivore“. Pourtant, ce genre de problèmes aurait pu facilement trouver solution, pour peu que le centre national de transfusion sanguine (CNTS) veuille bien le faire.

En effet, les préjugés et autres désinformations jouent un rôle majeur dans la réticence des populations vis-à-vis du don de sang. Ainsi, pour parvenir à les combattre, un accent devrait être mis sur la communication afin de donner l’information juste et fiable aussi bien aux donneurs qu’aux non donneurs, car cela pourrait les encourager à franchir un jour le pas.

Il faudrait également travailler à faire en sorte qu’il y ait une certaine transparence dans la gestion des poches de sang collectées, par exemple en faisant un point mensuel ou trimestriel basé sur des chiffres crédibles : nombre de personnes prises en charge, le nombre de litres récoltés et celui disponible. Ce sont certes des actions anodines, mais qui pourraient instaurer une certaine confiance entre le CNTS et les populations pour ne pas dire les donneurs, toute chose qui ne peut qu’être avantageux pour le CNTS, les cliniques et autres centres de santé, donc pour les malades.

 L’on pourrait également envisager d’autres types de motivations telles que donner des avantages réels aux donneurs ou encore assurer la traçabilité de ceux-ci. Ainsi, l’on pourrait à travers la banque de donner contacter régulièrement les donneurs réguliers afin de les encourager à venir donner leur sang, ou encore à leur rappeler la période où ils doivent passer donner leur sang.

C’est à ce prix là que le Centre national de transfusion sanguine pour atteindre son objectif de toucher la majorité des populations des quatre coins du pays, et surtout pouvoir fournir à tous les malades qui en ont besoin l’assistance, donc le sang nécessaire de sorte qu’ils recouvrent  rapidement la santé.  

PBB

Vues : 82

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation