Le sénat : pour divertir et contourner les regards de 2015

Blaise Compaoré va surprendre les Burkinabè dans leur majorité en 2015.Les péripéties du sénat ne visent qu’à distraire la galerie.

Blaise est un stratège doué dans la distraction. Aujourd’hui, le peuple burkinabè n’a d’oreilles que pour écouter ce qui se dit sur le sénat. Blaise Compaoré se prononce sans rassurer. Les Burkinabè, majoritairement ne veulent de cette 2e chambre. Mais toute leur attention est orientée là dessus. Aujourd’hui 16 septembre et à l’heure où j’écris ces lignes la communauté musulmane est divisée. Le CERFI et L’AEEMB, qui font partie de ce cercle, disent ne pas se reconnaître dans la déclaration faite par Souleymane ‘’Compaoré’’ devant la presse pour dire que la communauté musulmane est favorable au sénat et ce depuis 2011. La majorité des musulmans et de l’opinion nationale se disent également déçus par la décision. C’est pour dire que la grande famille musulmane est divisée. Est-ce l’objectif visé par Blaise Compaoré ? C’est possible ! Il a dit être le garant de la cohésion nationale. Il sait donc pertinemment que mettre en place le sénat controversé au sein de l’opinion publique en général et qui divise également les croyants au sein de leur communauté religieuse, il va sans dire que la paix sociale est menacée.
Les coutumiers aussi disent qu’ils sont favorables au sénat et sont prêts à y siéger. Mais à condition qu’il « y ait l’entente avec tous les partis d’opposition » Ce qui semble être une utopie. Dans ces conditions, si on veut le « consensus » on sera obligé de toujours revenir sur la question. Et tant qu’elle ne sera pas tranchée définitivement et dans le bon sens, elle va toujours attirer l’attention du public qui pourrait ne plus se concentrer sur ce qui vient demain. Tout cela profite au clan actuel au pouvoir.

Divertir pour régner

L’objectif de Blaise Compaoré, celui là qui a manqué d’être le maître de Machiavel l’auteur de « Le Prince », c’est donc de faire de la diversion. Détourner les regards des Burkinabè de la date butoir : 2015.Il ne pourra plus se présenter. C’est clair. Mais il lui suffit d’avoir quelqu’un en 2015 pour le protéger. Il faut donc un membre de son système. On parlera d’alternance mais ce sera du bluff. Puisque le même système continue. Les Burkinabè ont besoin d’une alternance qui va de la droite vers la gauche ou dans le sens contraire et non d’une alternance juste pour changer la tête et laisser les racines du système.
A force de divertir l’opinion publique avec le sénat, 2015 avance à grand pas. On ne le sait pas. Mais c’est le cas. Ou si on le sait, on pense que c’est loin. Ça c’est mal connaitre la notion du temps que nous enseigne la philosophie. Blaise lui-même a pris la question du sénat à bras le corps. Ce n’est pas pour s’amuser. Il donne de l’avantage certainement à ces gars de mettre en place leur machine machiavélique pour 2015. Il se charge lui-même du dossier sénat. Tant que la question sera sur le tapis l’opinion n’aura d’yeux et d’oreilles que sur elle.
L’opposition politique burkinabè ne doit donc pas se camper sur le sénat. Elle doit commencer, si n’est déjà fait, à travailler dans la perspective de 2015. Le sénat, on est convaincu que Blaise le veut pour modifier l’article 37 et se représenter en 2015. Il peut y arriver. Mais s’il se trouve que l’opposition politique a su bien faire son travail, Blaise pourrait se présenter mais ne va remporter. Si sa stratégie c’est de faire présenter un de ses proches en 2015, on pourra le battre également. Et là on parlera d’une vraie alternance parce que le système serait mis au KO. La plume d'Enfer

Vues : 90

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation