MOUHOUN : Confiance retrouvée entre cotonculteurs et la Sofitex

La campagne cotonnière 2011-2012 a été émaillée par une crise sans précédent. A l’origine de cette fonde, la hausse du prix de session des intrants et la baisse du prix d’achat du coton graine. Des départements et pas des moindres ont boycotté la production cotonnière pendant cette campagne plongeant ainsi la production nationale dans le creux de la vague. En prélude à la campagne 2013-2014 qui s’annonce, la Sofitex est allée à la rencontre des cotonculteurs pour échanger, informer, sensibiliser sur nouveaux prix d’achat du coton graine et ceux des intrants. En effet dans le département de Safané et bien d’autres, la campagne 2011-2012 a été marquée par de nombreuses difficultés caractérisées par une fronde des cotonculteurs due à la baisse du prix d’achat du coton graine et à la hausse du prix de cession des intrants. Classé premier département de la région en production cotonnière, la fronde qui a secouée cette zone a affecté les revenus cotonniers des cotonculteurs. Pour la campagne 2012-2013, le département de Safané a réalisé 12 360 tonnes de coton graine pour une prévision de 9 000 tonnes. Le montant reversé aux cotonculteurs après déduction de leur crédit s’élève à 1 845 439 566 francs cfa ; une production qui a sans doute motivé l’équipe de la Sofitex à effectuer le déplacement. A travers ces foras, Abdoulaye Koumaré, Chef de la Région cotonnière de Dédougou et son équipe ont rencontré les cotonculteurs afin de leur donner des informations sur la filière coton, notamment sur les prix d’achat coton graine, des intrants, leurs mécanismes de fixations.

De 245fcfa, la campagne qui s’achève, le prix d’achat du coton graine sera à 235fcfa dont une baisse de 10fcfa. Le NPK de 13 500fcfa la campagne écoulée passe à 15 500 fcfa. En retour les cotonculteurs ont demandé « soit le maintien des prix à leur état actuel soit une augmentation pour la campagne à venir ; Ensuite ils ont évoqué des difficultés liées à l’évacuation coton graine, au manquant de poids, à toutes ces difficultés, nous avons apporté des éléments de réponses » a répondu le chef de mission, Abdoulaye Koumaré. Le fait majeur qui est ressorti au cours de ces foras, « on sent un engouement, un engagement au niveau des producteurs, une situation due sans doute au revenu engrangé au cours de cette campagne. Les producteurs réclament plutôt l’accélération de la mise en place de la semence. Pour ce faire, nous pouvons nous enorgueillir, car nous sommes à 70% de mise en place de la semence et 75% pour le NPK. Nous pensons que nous aurons procédé à la mise en place totale des intrants essentiels d’ici les deux dernières décades à venir » a martelé Abdoulaye Koumaré. C’est un chef de mission qui est sorti visiblement satisfait de ces échanges avec les cotonculteurs de Safané « vous savez que Safané était pratiquement le bastillon de la fronde et avec toutes les difficultés que nous avons eues l’année dernière, il était vraiment inimaginable que nous puissions venir nous asseoir ensemble pour parler de production cotonnière. Ce qui est rassurant, les producteurs se sont engagés à nous accompagner à l’atteinte de nos objectifs de 140 000 tonnes de coton » a rassuré Abdoulaye Koumaré.

Vues : 125

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation