Dans l'Empire Romain les Acta Diurna (faits du jour) étaient affichés dans les espaces publics. On y publiait des faits divers, des nouvelles militaires, des actes de décès, des chroniques sportives, etc. En 1622 Nathaniel Butler fonde à Londres le premier hebdomadaire : Le Weekly News. Il sera suivi en France par La Gazette de Théophraste Renaudot dont le premier numéro est publié le 30 mai 1631.

Le 22 octobre 1835 Charles-Louis Havas crée la première agence de presse mondiale : l'Agence des feuilles politiques, correspondance générale. Elle deviendra en 1944 l'Agence France-Presse.

Dans les années 1920 apparaissent les actualités cinématographiques, puis les premiers radio-reportages. Suivront, dans les années 1940, les premiers journaux télévisés.

Alors qu'après la seconde guerre mondiale se développe le concept de « circulation libre de l'information » (free flow), le constat est que cette libre circulation est un mythe puisque l'essentiel des actualités sont destinées au monde occidental. Ce déséquilibre Nord-Sud et Est-Ouest pousse les pays non occidentaux à réclamer une « circulation libre et équilibrée de l'information ». Dans les années 1970, le sous-directeur général de l’UNESCO Amadou-Mahtar M'Bow, appuyé par les pays en voie de développement, lance le projet du Nomic (Nouvel ordre mondial de l'information et de la communication ). Hostiles à ce NOMIC, les États-Unis et la Grande-Bretagne voient dans ce plan, trop favorable à la sphère soviétique et au mouvement des non-alignés, une menace au marché libre de l'information et quittent l'UNESCO.

Depuis la fin du XXe siècle siècle, les réseaux sociaux sur Internet (Facebook, Twitter) et le développement des nouvelles technologies bouleversent le journalisme, voyant notamment le développement  du journalisme citoyen présent dans les médias alternatifs.

Vues : 342

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation