Scrutin du 2 décembre 2012 à Banfora: On a voté sous la pluie et sous surveillance policière

Comme si les actes de vandalisme perpétrés dans la nuit du 1er décembre 2012 et qui allaient doute causer un retard sur le début du vote dans certains bureaux ne suffisait pas, voilà que la pluie s’est invitée au scrutin très tôt le 1er décembre 2012. Il était environs 5 heures du matin lorsque les premières gouttes de pluie, accompagnées de grêles par endroit ont commencé à tomber. Quelques instants plus tard la pluie s’est même intensifiée au point qu’on a eu l’impression d’être en pleine saison hivernale. Elle n’a pas pour autant retenue les gens chez eux. Certains électeurs, en l’occurrence ceux qui pour des raisons diverses ne pouvaient pas attendre étaient obligés de sortir sous la pluie et d’aller voter. La plupart des membres de bureau de vote sont arrivés mouillés, certains munis de tenue de rechange. A 6 heures les bureaux étaient donc ouverts dans les centres de vote. Même au secteur 3 où les vandales avaient saccagé le matériel électoral de certains bureaux, l’opération se déroulait bien déjà vers 7 heures et demi grâce aux isoloirs de fortunes faits de table-bancs et de pagnes et grâce aux  urnes de rechange qui par précaution étaient gardées au siège de la CEPI Comoé. Salifou Barro le candidat tête de liste du RDB aux législatives s’est réjoui qu’après la nuit tumultueuse, les choses se passent dans un climat bon enfant. Vers 8 heures passées de 40 minutes, le maire de la commune Souleymane Soulama a voté dans le même secteur 3. Même son de cloche au secteur 1 où le gouverneur de la région Léonard Guira a voté en même temps que SG de la région Abdoulaye Ouédraogo et le Haut-commissaire Casimir Séguéda. Tous les trois ont salué la sagesse des électeurs qui dans le rang attendaient tranquillement leur tour. Seuls les bureaux de vote du secteur 2 qui ont été sérieusement ressentis le passage des jeunes courroucés faisaient attendre la poignée d’électeurs qui se sont présentés. Jusqu’à 14 heures, aucun incident autre que celui enregistré dans la nuit n’a été signalé au compte de la ville de Banfora. A ce moment de la journée, la forte affluence de la matinée avait fait place à une relative accalmie et les éléments de la CRS et de la gendarmerie patrouillaient dans la ville à bord des Pick-Up.

Pendant qu’à Banfora les choses semblaient rentrées dans l’ordre, dans le village de Bomboura situé à environ 25 kilomètres de Banfora, le conseiller CDP s’est catégoriquement opposé au déroulement du scrutin. Et à Diarabakoko, un autre village situé dans la même zone que Bomboura, c’est le chef du village lui-même qui a pris les devants en  s’opposant au déroulement du scrutin. Un peu plus loin de Banfora, dans la commune de Tiéfora, une localité située à 35 kilomètres, les électeurs des villages rattachés n’ont commencé à accomplir leur devoir de citoyen que vers 9 heures puisque, a-t-on expliqué, les urnes arrivées à Tiéfora centre le 1er décembre dans la journée ne seront convoyées dans les villages que le 2 décembre 2012. Motif invoqué, les membres des bureaux de vote avaient refusé les 2000 F CFA alloués au carburant. Ils ont jugé cette somme insuffisante pour le trajet à parcourir. L’un d’eux joint au téléphone a indiqué que son bureau de vote est à 80 kilomètres de Tiéfora.

Mamoudou Traoré

Vues : 101

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation