Sorcellerie à Bobo-Dioulasso Des mangeuses d’âmes avouent en avoir tué 12 enfants

Des « mangeuses » d’âmes ont été arrêtées le mardi 6 mai 2014 à Kuinima. L’histoire de ces femmes serait partie de chez une dame qui travaille avec des génies. Conduite chez le chef de Kuinima, il a fallu l’intervention de la police pour les sauver face à une foule remontée.

 

Avant l’arrivée de la police au domicile du chef, des dozos ont voulu comprendre la pratique des dames. La présumée chef du groupe avoue qu’elle mange effectivement des âmes humaines. Seulement, elle ne le fait pas directement. Selon elle, ce sont des membres du groupe qui les lui envoient. Une amie de la patronne du groupe avoue également la pratique. « Elle est une amie de longue date. Un jour, elle m’a faite manger de la chair humaine avant de me l’avouer. C’est depuis ce jour que j’ai été contrainte à être membre de leur réseau. Aujourd’hui,  je veux quitter, mais j’ai peur pour ma vie… ». Toujours selon les quatre présumées sorcières, elles sont au nombre de sept personnes. Il y a donc trois autres qui sont dans la nature. Le chef du village de Kuinima et ses proches souhaitent que la sécurité puisse faire la lumière sur cette histoire. Par, ailleurs le chef rassure que ses ancêtres veillent sur Kuinima et nul ne peut y mener des pratiques inhumaines. Selon une source proches du chef, c’est cette force ancestrale qui a permis la découverte des présumées mangeuses de la chair humaine. Et la dame qui est à l’origine de leur arrestation, avoue s’être installée dans le secteur n°6 après s’être confiée aux dieux de Kuinima. Et son pouvoir sur les « mangeuses » d’âme justifie la force desdits dieux selon elle.

Les faits

 Kuinima (secteur n°6) relève de l’arrondissement n°6 de Bobo-Dioulasso. Le développement de la ville de Bobo, n’a rien enlevé de l’authenticité de ce quartier. Il demeure une référence en matière de tradition.  C’est ainsi qu’une dame y a élu domicile pour mener du charlatanisme. Et l’histoire des présumées mangeuses d’âmes serait partie de chez cette dame. « Elles ont voulu me vider de mes intestins. Mes génies les ont prises », a témoigné la charlatane. La bagarre née de cette tentative de « manger » la charlatane, a alerté Mamadou Sanou, conseiller municipal du secteur n°6. Pour éviter le pire (des jeunes voulaient la peau des sorcières), le conseiller conduit les accusées chez Famara Sanou, chef du village de Kuinima. Les 4 et 5 mai 2014, le conseiller municipal et certaines personnes ressources du chef tentent de percer l’abcès qui entoure cette histoire. Les témoignages des dames n’ont jamais concordé. Pendant que certaines nient les faits à elles reprochés, d’autres les reconnaissent. C’est le cas du présumé cerveau qui avoue la pratique. Selon le conseiller Mamadou Sanou, elle reconnait avoir mangé des victimes. Elle a même affirmé l’existence d’un canari qui leur servirait dans leur métier. Toutes les démarches pour mettre la main sur ledit canari sont restées infructueuses jusqu’au lundi 5 mai 2014 tard la nuit. De bouche à oreilles, la nouvelle prend tout le quartier et même d’autres localités de la cité. Le domicile du chef de Kuinima est la convergence de tous. Chacun veut être témoin de l’évènement. La tension monte. Des gens souhaitent la mort des dames. Le chef et son entourage font appel à la sécurité pour sauver la situation. Et depuis la mi-journée, les quatre dames sont aux mains de la loi pour affaire les concernant.

Vues : 290

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation