Village de Konadougou dans la Léraba: Un CEG qui divise

La rentrée des classes au CEG de Konadougou, un village situé à environ 7 kilomètres de Sindou, est en proie à des difficultés. Les trois principaux quartiers de la localité, Koko, Kambiankoko et Kougnoukara sont en effet divisés sur le choix du site d’implantation du CEG et ce depuis bientôt 3 ans. Selon des sources  concordantes, à la création de l’établissement, les élèves prenaient les cours dans des salles de l’église catholique que l’APE paie à 300 000 F CFA l’an ; faute d’infrastructures. C’est dans ce même quartier de l’église que réside l’actuel premier adjoint au maire de Sindou Zani Coulibaly et à ce qu’on dit, des conspirations font croire aux habitants de Kougnoukara que ce dernier serait en train de manœuvrer pour que le site définitif du CEG soit érigé dans son quartier. Alors, ils ont mobilisé des fonds et ont construit de salles de classe qui de leur avis doivent accueillir les élèves pour l’année académique 2013-2014. Ce que les habitants des deux autres quartiers, situés du côté de l’église, n’entendent de la même oreille. Aussi ont-ils tenu un sit-in au Haut-commissariat de Sindou le 27 septembre 2013 pour dire non à un éventuel déménagement du CEG. Selon eux, les bâtiments construits par Kougnoukara ne répondent pas aux critères d’une salle de classe. D’ailleurs précise un des leurs que nous avons joint au téléphone, ce quartier a été le premier à rejeter le choix des autorités d’implanter le CEG au niveau de l’église. « Alors nous aussi ne seront pas d’accord qu’il soit construit dans leur quartier », a martelé notre interlocuteur. Sur la question, le DR de l’enseignement secondaire explique que son ministre a exigé et obtenu des habitants de Kougnoukara que les classes qu’ils ont construites soient remises au ministère avant que les élèves ne les intègrent. C’est ainsi qu’une décision a été prise pour faire du CEG un lycée réparti sur les deux sites. Mais selon des indiscrétions, il semble que les politiciens de la localité font des pieds et des mains qui pour exiger le transfert du CEG qui pour son maintien. Aux dernières nouvelles, une concertation entre le Haut-commissaire, le DR MESS et les populations a permis de trouver un consensus. Les cours se dérouleront dans les locaux d’emprunt au niveau l’église en attendant.

 Mamoudou Traoré

Vues : 272

Commenter

Vous devez être membre de Médias Burkina Faso pour ajouter des commentaires !

Rejoindre Médias Burkina Faso

© 2021   Créé par CNP-NZ.   Sponsorisé par

Badges  |  Signaler un problème  |  Conditions d'utilisation